Juillet 19 2019

Station d'épuration de Papeete : la première pierre posée ce matin

La pose de la première pierre de la station d'épuration de Papeete a eu lieu ce vendredi 16 août en fin de matinée, en présence notamment de Michel Buillard, maire de Papeete, du haut-commissaire Jean-Pierre Laflaquière, du président du Pays Gaston Flosse, mais également des membres du conseil municipal de Papeete et de nombreux représentants des entreprises engagées dans ce vaste chantier.





Située sur le remblai de la Papeava à Fare Ute, la future station permettra de traiter l’ensemble des eaux usées collectées de la zone. Performante, évolutive et respectueuse de l’environnement, elle sera à la fois un outil pour l’exploitant et un espace pédagogique pour les visiteurs. Réalisée en parallèle, la construction de l’émissaire (parties lagon et océan) rendra opérationnelle l’infrastructure courant 2015.


Signature du parchemin par les représentants de l'Etat, du Pays et de la commune, et ceux des entreprises.


Mise sous scellé du parchemin.


UN TRAITEMENT DE TYPE BIOLOGIQUE ET UNE VALORISATION DES BOUES


La station d’épuration de Papeete exploitera un procédé de traitement de type biologique qui dégrade et sépare les polluants des eaux usées. Le traitement biologique consiste en effet à éliminer les composés organiques tels que sucres graisses et protéines, nocifs pour l’environnement.



Les boues issues du traitement seront ensuite séchées dans une serre solaire et revalorisées en engrais grâce au procédé d’hygiénisation. Quant aux eaux usées, elles seront rejetées après traitement, sans risque pour le milieu naturel, via un émissaire en océan, réalisé par forage depuis la digue de Motu Uta et dont le rejet est situé à 300 m au delà de la digue et à 60 mètres de profondeur.


UNE STATION RESPECTUEUSE DE SON ENVIRONNEMENT


Dessinée pour s’intégrer parfaitement à son environnement, cette station utilisera l’énergie solaire pour réduire sa consommation électrique grâce à quelques 530 m2 de panneaux solaires. Elle sera également équipée de tours de désodorisation pour garantir l’absence d’odeur pour le voisinage.




UN PARCOURS PÉDAGOGIQUE


La station proposera un parcours pédagogique qui permettra de prendre connaissance de son fonctionnement, des enjeux de l’assainissement des eaux usées et de cette démarche environnementale.

Chiffres clés

• 1,7 milliard de FCFP d’études et de travaux dans le cadre du Contrat de Projets
• 21 mois d’études et de travaux
• Une capacité de 3500 m3 d’eau traitée/jour en phase 1 (débit de pointe = 600 m3/h)
• Une capacité d’évolution de 7000 m3 d’eau traitée/jour en phase 2
• Une capacité d’évolution jusqu’à 14 000 m3 d’eau traitée/jour à terme
• Environ 328 m3 d’engrais produit/an en phase 1
• Entre 45 et 60 emplois sur site en fonction des phases
• 530 m2 de panneaux solaires
• 6 entreprises intervenantes :
Ternois SAS (mandataire) / Speed SAS / GL Construction SARL / SPRES EURL /
Mathieu Vermelen Architecte / Ternois Exploitation SAS


L’assainissement : un service public de proximité


Le projet de la Ville est un ensemble complexe et cohérent qui vise à la création d’un nouveau service public de proximité : l’assainissement collectif des eaux usées.



CETTE NOTION DE SERVICE PUBLIC RECOUVRE AINSI EN MÊME TEMPS :
• La réalisation des infrastructures (financement Contrat de Projets : État, Polynésie française et SEML)
• L’organisation du nouveau service (structure SEML communale : Te Ora No Ananahi)
• L’utilisation par les bénéficiaires (raccordements)
• La gestion du service mis en place et sa pérennité.
Pour les administrés, il existe une obligation réglementaire de se raccorder au réseau public dans les deux années suivant la mise en place opérationnelle du service. Les travaux de raccordement restent à la charge du propriétaire dans les limites de sa propriété privée.
Les entreprises de travaux mènent toutefois des enquêtes afin de disposer les « regards » dans des emplacements des plus accessibles afin de faciliter la vie des administrés lors de leur raccordement au réseau.


Voir ici l'ensemble du dossier de presse

Voir ici le discours de Michel Buillard, maire de Papeete