Août 21 2019

Nettoyer et embellir, en gardant le sourire

Produire des plantes et les mettre en terre, entretenir les accotements, débrousser et élaguer, mais aussi nettoyer à grande eau les rues du centre-ville... Tel est le quotidien de la vingtaine d'agents de la subdivision embellissement de la Ville de Papeete, menée depuis bientôt 30 ans par Heifara Brothers. L'entretien régulier des arbres situés sur le domaine communal, et sur celui du Pays lorsque la sécurité l'impose, constitue l'une des missions de l'équipe.

Côté embellissement, un planning définit les secteurs à couvrir, avec une attention particulière pour le centre-ville grâce à un passage hebdomadaire. "Nous gérons les plantations de la ville, à l'exception du Front de mer, qui relève du Pays. Nous assurons l'embellissement de tous les ronds-points et très souvent, nous entretenons des portions de route appartenant au Pays, comme Prince Hinoi ou la route principale de Mamao, à la demande du maire", explique le chef de subdivision.

L'embellissement ne s'improvise pas : l'équipe de production doit en effet anticiper, produire et mettre sous serre les plants qu'elle utilisera dans 3 ou 6 mois, dans 1 an ou dans 5 ans. L'embellissement doit également s'opérer de manière intelligente. Le choix des fleurs et arbustes est réalisé en fonction de l'environnement : plantes basses pour ne pas gêner la visibilité des automobilistes, ou plus résistantes pour les secteurs dépourvus de système d'arrosage.

"On renouvelle les plantes abîmées, on en change aussi régulièrement, afin que la population ne voit pas toujours les mêmes choses", raconte Heifara Brothers, grand passionné, qui gère plus de 60 000 plants à la pépinière municipale de Titioro. Deux serres de 1 600 m2 au total y abritent palmiers, ficus, bougainvilliers et autres crotons et auti... En moyenne, ce sont entre 12 000 et 16 000 plants par an qui quittent la pépinière afin de trouver place en ville. Ce chiffre peut parfois être plus élevé...

Entre les mégots, les cannettes vides, les bouteilles ou les matières fécales humaines, le constat est affligeant...

En cause, des vols - certes moins nombreux qu'avant, peut-être grâce à la présence de caméras de surveillance - mais aussi des actes de vandalisme. C'est le constat de l'équipe : "A certains endroits, les plantes sont systématiquement arrachées, même devant la Cathédrale, il n'y a aucun respect..."

Qu'importe, les jardiniers plantent et replantent inlassablement, bien qu'ils soient intérieurement contrariés et déçus. Les bacs à fleurs ne sont pas en reste : entre les mégots, les cannettes vides, les bouteilles ou les matières fécales humaines, le constat est affligeant ! Certains individus manquent totalement de civisme et n'ont aucune considération pour l'énergie et les moyens déployés pour l'embellissement de notre ville.

Depuis 4 ans maintenant, la laveuse de chaussée fait également partie du quotidien de la subdivision embellissement. Opérationnel du dimanche au vendredi, entre 18 h et 22 heures, particulièrement en centre-ville et aux alentours des écoles, ce matériel permet un nettoyage plus en profondeur des rues par l'enlèvement des poussières et des résidus en tous genres, y compris les odeurs de déversements divers (lixiviat, urine...).

Les jets d'eau latéraux et à l'avant du camion déplacent les poussières et gravats qui, s'ils sont trop nombreux, seront ramassés le lendemain. En cas de besoin, des lances sont utilisées pour nettoyer les trottoirs et les accotements.

Cet équipement vient en complément du travail déjà effectué par les agents de la Tahitienne de Secteur Public (TSP), à savoir le balayage des rues, la gestion des corbeilles à papier et bien évidemment la collecte générale des déchets.

Si Papeete compte 26 000 habitants, elle accueille, du fait de son statut de capitale, environ 60 000 autres usagers chaque jour ! La propreté est une préoccupation permanente de l'équipe municipale mais pour relever ce défi, les efforts de tous sont indispensables.