Août 24 2019

''Je cultive mon avenir'', une formation pas comme les autres

Démarré en octobre 2015, le projet « Je cultive mon avenir » permet à 14 personnes sans emploi, issues du quartier de Mama’o, de disposer d’un accompagnement leur permettant de participer à divers ateliers pratiques :
• Atelier cuisine : réalisation de confitures, de sirops et de pâte de fruits
• Atelier menuiserie : réalisation de jardinière au travers la récupération de palettes usagées
• Atelier jardinage : mise en culture de plantes aromatiques, réalisation de son compost, etc.

Ces dernières participeront samedi 19 décembre 2015 au marché du Terroir de Mama’o. Elles ont présenté leurs réalisations ce matin au maire de Papeete, Michel Buillard, aux membres du conseil municipal ainsi qu'aux partenaires de l'opération.


LE LIEU

La formation se déroule à Mama’o Aivi, sur les hauteurs du quartier. La parcelle, en terrasses, est utilisée depuis 2011 pour des jardins partagés. Elle représente une surface cultivable de plus de 1 100 m². La Ville de Papeete accompagne des demandeurs d’emploi du quartier (12 en 2011 / 12 en 2012 / 12 en 2013 / 5 en 2014 / 14 en 2015) grâce au jardin collectif et partagé de Mama’o Aivi.


LES PARTICIPANTS

14 adultes, hommes et femmes, sont opérationnels depuis le 1er octobre et pour une durée d’un an dans le cadre juridique du CAE. Tous sont à la recherche d’un emploi, le benjamin est âgé de 21 ans, le doyen a 54 ans.


LES ACTIVITES

3 groupes de 4 à 5 personnes travaillent, à tour de rôle, dans 3 ateliers différents :
• FAAPU : production de plantes aromatiques destinées à la commercialisation,
• RECUPERATION : fabrication de jardinières en bois à partir de palettes usagées,
• TRANSFORMATION : valorisation des fruits polynésiens, réalisation de confitures, sirops, gelées et pâtes de fruits...


LE CONCEPT : LA FORMATION EST LE SUPPORT DE LA RECHERCHE D’EMPLOI

Tous vont acquérir des connaissances théoriques et pratiques, de la culture à la transformation des produits.
Mais la finalité n’est pas de former des travailleurs agricoles dans un quartier urbain.
Le but est, dès le premier mois, de leur permettre de devenir un acteur de la vie économique, de participer à une activité commerciale, de rentrer en contact avec des décideurs, de commencer activement la recherche d’emploi. C’est aussi ne pas attendre Septembre 2016 pour se mettre à la quête d’un job.


LE MARCHÉ MENSUEL DU TERROIR À MAMAO : L’APPRENTISSAGE DE LA VENTE

Pour cela, par groupe de 4, ils devront commercialiser leur production sur le marché mensuel du Terroir à Mama’o.
Vendre sa production (jardinières, plantes aromatiques, confitures), c’est apprendre à s’organiser, à concevoir un stand attractif, à calculer les prix de vente, c’est avoir un comportement, une tenue, UNE DEMARCHE QUI DONNE ENVIE D’ACHETER.
C’est sur cela que nous allons travailler ensemble.
Apprendre à vendre, C’EST AUSSI APPRENDRE À SE VENDRE, À PARLER DE SA RECHERCHE D’EMPLOI, c’est aussi proposer ses services aux clients du marché.
LA PAGE FACEBOOK, LE PROLONGEMENT DES CONTACTS AU MARCHÉ
Une page facebook « Mamao Green » a été crée à cette occasion. Elle évoque l’activité du groupe, son actualité. De même, elle présente, en photo, les produits commercialisés. Enfin, on peut également y trouver l’ensemble des CV des CAE, ainsi que passer commande pour des confitures et jardinières.


LE CV DU MOIS
Tous les mois, nous mettrons en avant un stagiaire. Cela permet de valoriser ce dernier et de le faire connaitre à de potentiels employeurs.


LES ACTEURS DU PROJET

Projet multi-partenarial réunissant :
- La commune de Papeete : initiatrice, coordination et cofinancement du projet
- L’Association te mau a’a no Mama’o Aivi : porteur du projet. Présidente : Lauretta Punu.
- Les associations de quartier : sélection des candidats
- Le SEFI : financement des CAE
- La MOUS : aide à la recherche d’emploi. Coordinatrice MOUS : Célia TETAVIHI
- Le Contrat de Ville : cofinanceur du projet
- Formateur : transformation/faapu /atelier jardinières /commercialisation et coordination, Sylvain Todesco


COMMENT DONNER UN COUP DE POUCE A L'EQUIPE ?

En fournisant :
• des bocaux en verre, des palettes usagées,
• des pots en plastique pour les repiquages.