Février 25 2020

Le Haut-commissaire accueili par le maire de Papeete : sécurité, eau et assainissement au programme de la visite

Sécurité, eau et assainissement étaient les trois thématiques retenues par le maire de Papeete Michel Buillard, ce mardi 14 juin 2016, à l'occasion de l'accueil dans la capitale de René Bidal, nouveau haut-commissaire de la République en Polynésie française. "J'ai voulu lui montrer de manière concrète ce que représente le développement durable et la préservation de nos ressources en eau, ici en Polynésie française, et plus particulièrement dans la capitale", explique Michel Buillard.



C'est au Poste de commandement opérationnel de l’hôtel de ville, qui gère les appels téléphoniques, le trafic radio, la vidéo protection et les mains courantes de la police municipale, que la visite a commencé. Le haut-commissaire a ainsi visionné des images d'un flagrant délit de vol d'un scooter, et à l'intérieur d'un véhicule, vendredi soir. Les contrevenants ont été rapidement interpellés et confiés à la police nationale. Même si elles ne sont pas suffisantes, les 18 caméras du service, bientôt complétées par 8 autres, ainsi qu'une collaboration étroite entre les policiers municipaux et les agents de la Direction de la Sécurité Publique, permettent une veille 24h/24 sur des zones ciblées.



La visite s’est poursuivie à la Polynésienne des Eaux qui est, depuis 1992, le concessionnaire du service public de l'eau de la commune de Papeete. Celle-ci a été la première à offrir de l'eau potable à ses habitants depuis cette date. Cette concession couvre toute la chaîne de distribution d'eau : captage, stockage, adduction et traitement, ainsi que l'alimentation en eau des hauteurs de la ville. Ainsi, les micro-turbines horizontales, les forages horizontaux et les galeries drainantes de la Polynésienne des Eaux ont été présentés à René Bidal.




Enfin, la délégation a pu visiter la future station d’assainissement de Papeete, située sur le remblai de la Papeava à Fare Ute, qui permettra de traiter l'ensemble des eaux usées collectées de la zone. Performante, évolutive et respectueuse de l'environnement, elle est à la fois un outil pour l'exploitant et un espace pédagogique pour les visiteurs.





Cette station, en cours de finition, exploitera un procédé de traitement de type biologique qui dégrade et sépare les polluants des eaux usées. Le traitement biologique consiste en effet à éliminer les composés organiques tels que sucres graisses et protéines, nocifs pour l'environnement. Les boues issues du traitement seront ensuite séchées dans une serre solaire et revalorisées en engrais grâce au procédé d'hygiénisation. Quant aux eaux usées, elles seront rejetées après traitement, sans risque pour le milieu naturel, via un émissaire en océan, réalisé par forage depuis la digue de Motu Uta et dont le rejet est situé à 300 m au delà de la digue et à 60 m de profondeur.




Chiffres clés pour la station d'épuration

• 1,7 milliard de FCFP d’études et de travaux dans le cadre du Contrat de Projets
• 21 mois de travaux
• Une capacité de 3500 m3 d’eau traitée/ jour à partir de septembre 2016
• Une capacité d’évolution jusqu’à 14000 m3/jour (non financée)
• Environ 330 m3 d’engrais produits/an
• Entre 45 et 60 emplois sur site durant les travaux
• 530 m2 de panneaux photovoltaïques
• 6 entreprises intervenantes : Aqualter Construction (mandataire) / SPEED / GL Construction / SPRES / Mathieu Vermeulen Architecte / Aqualter Exploitation
• Achèvement des travaux en août 2016




Le maire et le haut-commissaire ont également pu rencontrer des nouvelles recrues, en contrat d’accès à l’emploi. Ces employés, issus des quartiers prioritaires de Papeete, sont dans un premier temps sensibilisés à l’embellissement de la ville : nettoyage, plantations, respect des calendriers de ramassage des déchets selon leur type. Puis ils devront transmettre à leur tour les bons gestes et réflexes à leur famille et dans leur quartier.