Juillet 22 2019

Parmi les décisions du conseil municipal du jeudi 08 juin 2017

Poursuite des mesures de soutien aux associations

Pour l’année 2017, une enveloppe de 55 millions XPF de subvention a été inscrite au budget primitif. Lors de la première programmation, un montant de 50 145 000 F XPF a été attribué.
Pour cette seconde programmation, les demandes de subventions traitées à ce jour enregistrent un montant total de 3,4 millions XPF pour les cinq associations suivantes :
- Te Utuafare O Te Oaoa
- Association Sportive Aorai
- Association Sportive Central sport
- Association Sportive Courir en Polynésie
- Toiki Va’a


Lancement d’appels d’offres pour la période 2018-2020


Les appels d'offres suivants seront prochainement lancés.

- Fourniture de repas aux personnes âgées et personnes handicapées de la Commune de Papeete
Montant minimum TVA incluse : 2, 940 millions XPF
Montant maximum TVA incluse : 11, 760 millions XPF
Objet : fourniture de repas à une cinquantaine de personnes âgées et personnes handicapées, bénéficiant d’un secours gracieux de la Commune de Papeete.

- Nettoyage du marché municipal de Papeete « Mapuru A Paraita »
Montant minimum TVA incluse : 2, 250 millions XPF
Montant maximum TVA incluse : 9 millions XPF
Objet : décollement des gommes, collecte des déchets, nettoiement des sols, escaliers, ascenseur et rambardes, nettoyage des frigos, bureaux administratifs, sanitaires et tables du « food court ».

- Fourniture de matériels électriques à la Commune de Papeete
Montant minimum TVA incluse : 2 millions XPF
Montant maximum TVA incluse : 8 millions XPF
Objet : entretien de l’éclairage public, remplacement des luminaires défectueux ou accidentés, amélioration de l’éclairage et des réseaux électriques des structures et écoles communales, et travaux de décoration de Noël.

- Entretien du réseau d’assainissement pluvial de la Commune de Papeete
Montant minimum TVA incluse : 5 millions XPF
Montant maximum TVA incluse : 20 millions XPF
Objet : entretien du réseau, valorisation des données recueillies annuellement lors de l’entretien, gestion curative et préventive du patrimoine communal.

- Travaux de génie civil routier
Montant minimum TVA incluse : 25 millions XPF
Montant maximum TVA incluse : 100 millions XPF
Objet : travaux d’assainissement ou pose d’un nouveau réseau d’assainissement d'eaux pluviales ; sécurisation de talus ; pose de regards et canalisations.


Financement de l’opération « acquisition de matériels complémentaires pour le déport d'images vers les services de police afin de faciliter leurs conditions d'intervention et renforcer la sécurité publique »

Le dispositif de vidéo protection de la commune de Papeete prévoit un déport d’images à la Direction de la Sécurité Publique. Ce déport permettra à cette dernière d’utiliser également le dispositif à partir de ses bureaux et cela en partenariat et en bonne coordination avec la Police municipale.
Ce déport d’images a fait l’objet d’une convention et nécessite l’acquisition et l’installation de matériels dont le coût est estimé à 1 408 402 XPF TTC (subvention FIPD 950 716 XPF TTC ; fonds propres 457 686 XPF TTC).


Financement de l’opération « Sport -Santé- E'a ways i Papeete – 2017 »

Dans la continuité du programme E'a ways i Papeete engagé en 2016-2017 et fort du succès rencontré auprès du public des quartiers prioritaires, la commune propose de le poursuivre en y apportant quelque ajustements. Le programme « sport-santé – Ea ways i Papeete » se décline ainsi en quatre grandes actions se déroulant d’août 2017 à juin 2018.

1. Sport pour tous et découverte : fitness, activités nautiques et ateliers cuisine
L’action « Sport pour tous » en faveur des habitants des quartiers est reconduite. En plus des deux séances de fitness hebdomadaires et d’un atelier culinaire mensuel, une séance d’activité physique de découverte est proposée chaque semaine afin de diversifier l’offre sportive et améliorer la motivation des participants : séances d’aquabike et activités aquatiques (aquagym, natation, paddle, va’a) sont programmées. Une soixantaine de personnes bénéficient de ces activités.

2. Insertion par l'activité physique et sportive : cross training
Cette action propose de nouvelles activités physiques aux jeunes des quartiers en fonction de leur âge : le cross training ou cross fit, pratiqué deux fois par semaine, développe l’endurance et la résistance à l’effort, des valeurs qui permettent d’assurer des responsabilités ou de gérer des situations de stress et qui stimulent la réussite professionnelle.
Des cours de danse « sportée » comme le street dance ou le hip hop sont par ailleurs dispensés à une quinzaine de participants, à partir de 10 ans.

3. Activité physique pour personnes de plus de 55 ans : marche nordique
Cette activité, complètement adaptées aux séniors, permet de faire travailler en douceur plus de 80 % des muscles. Elle est une alternative à la marche ou au jogging. Au total, 4 groupes de 15 personnes maximum par quartier bénéficient d’une séance d’une heure par semaine.

4. Coaching individuel et personnalisé
Cette action cible 6 personnes désireuses de s’engager dans un programme adapté. Chaque participant bénéficie ainsi de l’accompagnement, durant une année, d’un coach sportif chargé d’établir un programme individuel tout au long de son processus de remise en forme et de perte de poids. La finalité est de participer à une course à pieds de 5, voire 10 km en 2018.

Le programme ‘Ea ways i Papeete se déroule sur deux exercices budgétaires. Le coût total de l’opération est de 6 337 352 XPF TTC dont :
- 3 191 056 F CFP TTC pour 2017 ;
- 3 146 296 F CFP TTC pour 2018.
Le Syndicat mixte au titre du Contrat de ville, la CPS et la Ville de Papeete se partagent son financement.


Plafonnements de la consommation en eau en faveur des sinistrés de janvier 2017

À la suite des intempéries du mois de janvier 2017, qui a touché des particuliers et de nombreux commerces de la ville, le conseil municipal, au mois de février dernier, a décidé, en complément des mesures d'aides d'urgence mises en place avec le Pays et l'Etat, de solliciter auprès de la Polynésienne des eaux et de la SEML Te Ora no Ananahi l'application de plafonnements de facturation portant sur les surconsommations éventuelles en eau (et donc de leur assainissement) générées par le nettoyage à grande eau des biens immobiliers et mobiliers. Il s'agit de plafonner le volume de consommation d'eau du premier trimestre 2017 à la moyenne trimestrielle de la consommation des usagers sinistrés au cours de l'exercice 2016. La liste des ayant droit (particuliers et entreprises privées) est établie par le croisement et le recoupement des données recensées par les services de la mairie, de l'État et du Pays.


Une convention-cadre pour le pilotage partenarial des projets de rénovation urbaine (PRU) de l’agglomération de Papeete

En 2014, lors de la préparation du Contrat de Ville 2015-2020, l’État, le Pays, le Syndicat mixte en charge du Contrat Urbain de Cohésion Sociale et les communes de Mahina, Papeete, Pirae et Punaauia ont souhaité renouveler les modes d’intervention sur les territoires concernés par l’habitat insalubre et s’engager dans une politique de renouvellement urbain coordonnée à l’échelle de l’agglomération.

Les communes ont ainsi mené des études en vue de définir leurs priorités en matière de rénovation urbaine, aidées par ailleurs par une mission d’expertise de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine en mars 2015.

Un projet de rénovation urbaine consiste à apporter d’importantes modifications aux quartiers déterminés pour les rénover et améliorer la qualité de vie des habitants mais aussi les désenclaver en créant de nouvelles liaisons avec les quartiers et villes voisines.

Cette rénovation peut nécessiter la réhabilitation, la construction et la démolition de logements, mais également la réalisation d’équipements publics, de voiries, d’espaces verts... Les projets de rénovation urbaine s’inscrivent de fait dans une démarche de développement durable et de politique de la ville.

Pour Papeete, les priorités sont les suivantes :

1. Relogement des habitants du quartier Vallons dans le cadre de l’opération de RHI Mama’o. La ville a exprimé des orientations d’aménagement à l’échelle du secteur de Mama’o dans le cadre d’une étude préalable menée en 2012, notamment la nécessité de relier les quartiers Garnier, Aivi et Vallons, insalubres, aux tissus urbains alentours et notamment à l’axe commercial de l’avenue Clémenceau ; il était proposé que cela soit réalisé via des espaces publics paysagers et des équipements accessibles à tous. L’ancienne école Tamatini était présentée comme un futur pôle d’équipements de proximité pour le secteur. En termes de programmation de logements, de nouvelles formes d’habitat ont été étudiées pour répondre aux besoins des ménages : logements familiaux, maisons de ville et immeubles de logements, possibilités d’activités en rez-de-chaussée…
Ces orientations pourraient aujourd’hui être amendées pour prendre en compte les dernières évolutions connues sur le devenir du site hospitalier. Cependant, le gouvernement a récemment pris des engagements : réserver environ 6 000 m² pour les besoins du quartier (aire de sport et programme d’habitat pour les opérations tiroirs de la RHI), dédier l’ancienne emprise des logements infirmiers à la réalisation d’un programme immobilier pour les opérations tiroirs nécessaires au réaménagement des quartiers insalubres.

2. L’îlot Manuhoe, pour lequel des solutions de relogement des ménages installés sur le tracé de voies nouvelles à aménager doivent être trouvées. Cet îlot, s’il venait à être désenclavé, offrirait un potentiel de dynamisation immobilière et urbaine.

3. Le second îlot est celui de Vaininiore où se trouvent, sur foncier communal, la caserne des pompiers à rénover, une série de hangars (accueillant des services d’aide aux personnes sans domicile fixe) et un quartier populaire. La ville a mené une étude préalable d’aménagement sur la partie des hangars démontrant la possibilité de réaliser un immeuble de logements avec activités sur rue. Ce dernier pourrait être un appui pour une démarche de réaménagement du quartier.

Pour chacun de ces projets, la ville souhaite que les reconstructions des quartiers soient entreprises avec les habitants et que les solutions proposées soient adaptées à leurs modes de vie et à leurs profils socio-économiques.
Parallèlement, il est primordial d’agir sur les immeubles vacants et dégradés du centre-ville, notamment ceux en façade du Front de Mer. Les situations sont diverses (hôtels fermés, immeubles vacants, immeubles de logements dégradés occupés) et demandent d’inventer des stratégies d’action concertées et complexes pour améliorer durablement le logement des familles présentes, remettre sur le marché une offre de logements existante, stimuler l’activité immobilière et accompagner les activités commerciales, développer les animations festives et culturelles, et ainsi revitaliser les quartiers centraux de la capitale régionale.