Juillet 22 2019

Papeete propre et calme, c'est avec vous

Le maire de Papeete Michel Buillard a pris deux arrêtés destinés à améliorer la qualité de vie dans la capitale.


- Le premier porte réglementation du dépôt, de l'abandon ou du rejet de déchets, d'ordures ou de détritus de toutes natures ou d'objets et matériaux quelconques.

Des textes réglementant la collecte des déchets existent déjà mais ne sont plus adaptés. La police municipale disposait jusqu'ici de très peu de pouvoir en matière de répression. Or, depuis la modification du Code de l'environnement en 2016, la verbalisation est rendue possible, avec des sanctions pécuniaires immédiates.

Le nouvel arrêté permet donc la mise à jour de la réglementation municipale et octroie à la police municipale, ainsi plus réactive, des moyens pour sanctionner rapidement les infractions.

Les administrés seront, par conséquent, plus attentifs à la réglementation, entraînant ainsi l'amélioration du paysage urbain et du cadre de vie de la capitale.

Pour rappel, sont ainsi interdits :
- Dépôt, abandon, jet ou déversement en un lieu public ou privé;
- Dépôt aux emplacements désignés sans respect des conditions de dépôt (jours, horaires, contenant, tri, etc.);
- Embarrasser la voie publique en y déposant ou y laissant sans nécessité des matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage.

Les montants des amendes forfaitaires sont, selon les cas, de 4 150 XPF, 8 100 XPF et 16 100 XPF ; majorées, elles sont respectivement de 8 900 XPF, 21 450 XPF et 44 700 XPF.

Pour mémoire, chaque année, plusieurs actions sont menées afin de sensibiliser la population au respect de l’environnement.

Particulièrement en 2017, sous l’égide du Tavana, un peu plus de sept programmes de nettoyage ont été effectués dans les différents quartiers (Titioro, Tipaerui, Fariipiti, La Mission…) de la capitale.

Une formation au tri mais aussi au nouveau calendrier de collecte des déchets a été dispensée aux responsables de quartiers, premiers ambassadeurs propreté.

Un premier point d’apport volontaire a été installé à Titioro ; d’autres sont prévus dans différentes zones. Le nombre de bornes à verre a aussi été augmenté.

En 2017, la Ville de Papeete a porté son attention sur la sensibilisation et la formation de ses habitants. En 2018, elle compte bien sur les siens afin que Papeete soit propre !


=> Le calendrier de ramassage est disponible ici.



- Le second vise à lutter contre le bruit et les nuisances sonores dans la ville.

Actuellement, la police municipale réprime les atteintes à la tranquillité publique telles que rixes et disputes dans les rues, attroupements, rassemblements nocturnes troublant le repos des habitants, etc.

Depuis la modification du Code de l'environnement en 2016, des sanctions pécuniaires immédiates peuvent dorénavant être prises par les services de police, pour tous bruits ou tapages gênants, causés sans nécessité ou dus à un défaut de précautions ou de surveillance. L'amende forfaitaire est de 8100 XPF ; majorée, elle se monte à 21 450 XPF et peut atteindre près de 53 700 XPF en cas d'amende pénale.

L'arrêté pris par la municipalité fixe ainsi un nouveau cadre pour la réglementation, permettant de rendre la ville plus agréable à vivre sans pour autant porter une atteinte excessive ou trop importante à la liberté individuelle, d’entreprendre, de commerce ou au développement urbain et économique.



Michel Buillard : "Il faut une implication directe et concrète de notre population"

"Nous avons, tout au long de l’année 2017, engagé des actions d’informations, de sensibilisation sur la notion de tri, informé sur le comportement à adopter par rapport aux heures de ramassage, aux périodes qui sont fixées pour le ramassage ; désormais, je pense qu’il est temps que l’on arrive aux sanctions.

Bien évidemment, je ne perds pas de vue qu’il faut toujours concilier sanction avec information et prévention. Parce qu’il y a forcément des gens qui n’ont pas lu le journal, qui n’ont pas prêté l’oreille aux informations qui ont été diffusées par nos organes de presse donc il faut toujours être présent par rapport l’information.

On a déjà commencé une campagne d’information par la distribution de 10 000 prospectus au niveau des jours et horaires de ramassage. En complément, il y a également l’information que nous diffusons nous mêmes par nos propres voies, on va dans les quartiers.

Au cours de cette année 2017, nous avons mis en place pas mal d’association de quartier avec des référents de quartier dont la mission essentielle consiste bien sûr à informer la population sur le comportement à avoir par rapport à la propreté dans Papeete.

Papeete sera propre avec sa population, ce n’est pas simplement les services de ramassage, et ce n’est pas seulement les employés de la ville, c’est aussi une implication directe et concrète de notre population."








La brigade verte, une équipe qui sillonne les quartiers de Papeete afin d'informer au mieux la population sur les modalités de collecte des déchets.





"J’ai un rêve pour mon île"
Heiitiata, 10 ans : « C’est qu’il n’y ait plus de déchets et que nous arrêtions de polluer et gaspiller les choses à manger et à boire »

Antoine, 11 ans : « Qu’elle soit moins polluée et qu’il n’y ait pas de détritus sur les plages et dans le lagon »

Teuira, 16 ans : « Mon rêve pour mon île, c’est que tout le monde arrête de jeter ses déchets dans la nature (…) »

Extraits : « Le dire et l’écrire » - livre d’expression populaire