Novembre 19 2019

Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, premières commémorations

Le 11 novembre 1918, un armistice signé entre les Alliés et l’Allemagne dans un wagon-restaurant, à Rethondes près de Compiègne dans le nord de la France, mettait un terme à la Première Guerre mondiale. Une tragédie globale s’achevait enfin après quatre ans de souffrances cruelles. Les combats firent plus de huit millions de morts en Europe, parmi lesquels 204 Polynésiens volontaires qui ne revirent jamais leur fenua et dont les noms sont gravés sur le monument aux morts de Papeete. Entre 1915 et 1917, douze contingents d’engagés polynésiens quittèrent Tahiti pour aller défendre la mère patrie, pour un total de 1 115 hommes. On les appela les Poilus tahitiens, une rue leur a été dédiée au centre-ville. A cette époque, poilu signifiait brave, courageux, viril dans la langue populaire française.

A l’occasion du centenaire de cet armistice, la ville de Papeete, en partenariat avec le vice-rectorat, exposait du 24 au 28 septembre 2018 dans la salle John-Teariki de l'assemblée de la Polynésie française, des uniformes et divers objets de la Première Guerre mondiale. L'assemblée accueille en outre trois autres expositions sur le même thème : une exposition de l'Office national des anciens combattants (ONAC) sur les As de l'aviation de la Grande Guerre, une exposition de l'Institut d'Emission d'Outre-mer (IEOM) sur la monnaie durant la Première et la Seconde Guerre mondiales et une exposition créée par les élèves de la classe de défense et de sécurité globale du collège de Taaone, réunissant des lettres de Poilus tahitiens sur le modèle desquelles ils ont produit à leur tour des lettres à dimension mémorielle.