Juin 01 2020

Inauguration de plaques commémoratives réactualisées sur la stèle de Pouvanaa a Oopa

Après la réhabilitation de Pouvanaa a Oopa (1895 - 1977), le 25 octobre 2018 par la Cour de révision et de réexamen près la Cour de Cassation, sa famille souhaitait que les textes figurant sur la stèle qui lui est consacrée place Tarahoi soient réactualisés. A l’initiative du maire, la commune de Papeete a pris en charge la réalisation de deux nouvelles plaques en marbre, l’une gravée en reo maohi et l’autre en français. Tavana Michel Buillard les inaugurait le vendredi 25 octobre 2019 à l’occasion du premier anniversaire du jugement en réhabilitation du Metua (le Père).


La cérémonie avait lieu en présence du président de la Polynésie française, Edouard Fritch, de Cécile Zaplana, secrétaire générale adjointe de la Polynésie française représentant le haut-commissaire de la République, de Sylvana Puhetini, vice-présidente de l’assemblée de la Polynésie française, du président de l’Eglise protestante maohi, François Pihaatae, ainsi que des membres de la famille et des proches de Pouvanaa a Oopa, au premier rang desquels son arrière-petit-fils Sandro Stephenson.


Les nouvelles plaques retracent les grands moments de la vie du Metua, son engagement au sein du Bataillon du Pacifique lors de la Première Guerre mondiale, sa prise de conscience politique et son combat au nom du peuple polynésien, son élection à l’Assemblée nationale en 1949, puis en 1951 et en 1956. En octobre 1958, le député Pouvanaa a Oopa était arrêté, accusé d’avoir incité ses partisans à brûler la ville de Papeete. Bien qu’innocent, il était condamné à huit ans de prison et quinze ans d’exil en France. Grâcié, puis de retour à Tahiti en 1968, il se relance dans l’action politique, militant pour l’autonomie de la Polynésie française et contre les essais nucléaires. Il est élu sénateur en 1971. Pouvanaa a Oopa meurt en 1977, quelques mois seulement avant l’entrée en vigueur du premier statut d’autonomie de gestion.


Un demi siècle après son arrestation et son incarcération, l’assemblée de la Polynésie française soutient le long combat de sa famille en adoptant à l’unanimité, le 7 juillet 2009, une résolution demandant la révision de son procès et sa réhabilitation. L’assemblée adoptait une nouvelle résolution unanime le 15 février 2013. Le procès en réhabilitation de Pouvanaa a Oopa s’ouvrait le 5 juillet 2018 pour s’achever près de quatre mois plus tard sur un jugement favorable le 25 octobre.


Dans son intervention, Tavana Michel Buillard a salué la mémoire du Metua. Soulignant sa sagesse et son humilité exemplaires, il a rappelé qu’il “symbolise l’amour de notre fenua et du peuple polynésien dans sa fierté et sa dignité et qu’il rayonne désormais sans tache au cœur même de notre ville et de notre pays.”


La confection et la pose des deux nouvelles plaques ont été confiées à une entreprise polynésienne. Le monument a été repeint par les services techniques municipaux.