Mars 08 2021

Stade Willy Bambridge




Implanté à l’entrée ouest de la ville, le complexe sportif Willy-Bambridge concentre plusieurs installations : un stade de 8 000 m2, déjà rénové en 2007, la salle Maco-Nena et un terrain de beach soccer. Ces équipements sont particulièrement appréciés et très fréquentés par les habitants, les associations de quartier, les clubs sportifs et les services communaux. Ils accueillent aussi de nombreuses animations et manifestations. Plus de cinq cents personnes utilisent chaque jour le stade en accès libre.

Ouvert au public tous les jours de 5 heures à 20 heures
Tél : 40 415 791 ou 40 415 802.


Construit en 1967

C'est en 1890 que le terrain du stade, où se trouvait autrefois un camp militaire et des anciens abattoirs, tombe dans l'escarcelle de la commune. Celle-ci entreprend alors de le louer à des particuliers. Après la Seconde Guerre mondiale, le stade affirme sa vocation, sous l'impulsion de la FGSS (Fédération Générale des Sociétés Sportives). En 1964, la commune engage a des travaux de réaménagement ; le stade adopte le nom de Willy Bambridge en 1967.

Le stade Willy Bambridge a fêté ses quarante ans en 2007 en faisant peau neuve. Après six mois de travaux de réfection, d'embellissement et d'installation de nouveaux équipements, il a été inauguré au mois d'août. Le nouveau stade, qui a nécessité un investissement de la commune de 140 millions de francs, a été rouvert le samedi 18 août 2007 : 3 500 personnes ont assisté à l'inauguration du stade dont de nombreux jeunes des quartiers venus participer aux manifestations et tournois sportifs organisés pour l'occasion.




Un sportif de haut niveau
Né en juin 1911 à Papeete, troisième fils de Georges Bambridge, ancien maire de Papeete, Willy (William) Bambridge fut un grand joueur de football dans les années 1930. Gardien de but en première division française (à Sète puis à Renne), il revient à Tahiti après la Seconde Guerre mondiale.

En 1947, en compagnie du docteur Cassiau et du dentiste Lavigne, il crée la FGSS (Fédération Générale des Sociétés Sportives) qui deviendra plus tard le Comité Territorial des Sports (CTS).

Professeur d'éducation physique à l'École centrale (actuel Lycée Paul Gauguin), il entraîne le Central olympique et devient chroniqueur sportif radio. Il décède d'une crise cardiaque en 1953, à l'âge de 42 ans.

À l'occasion de la rénovation du stade qui porte son nom, une fresque a été réalisée à l'intérieur, à sa mémoire. Elle représente le champion en pleine action.