Septembre 21 2019

Campagne de lutte contre la filariose : la distribution a débuté mercredi 6 mars

La campagne de lutte anti-filariose a débuté mercredi 6 mars à Papeete, avec la distribution des cachets de Notézine et de Zentel par les ambassadeurs.

Conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, et pour optimiser l’administration supervisée des médicaments (POD), la Direction de la Santé et ses partenaires appliquent depuis 2011 les préceptes de la méthode Combi (Communication for Behaviour Impact), qui utilise la participation communautaire comme un outil de mise en oeuvre des programmes de santé publique.

Le but de cette démarche est d’augmenter la part de distribution au porte-à-porte qui permet d'améliorer l’observance de la population à la distribution des médicaments à l’instar de ce que firent les « taote mariri ».

Encore cette année, les communes sont particulièrement impliquées dans cette stratégie. Leur rôle est prépondérant car elles représentent l’échelon de proximité le plus adapté à l’organisation de la « participation communautaire ».

Les ambassadeurs de la lutte contre la filariose (Tia opere ra’au mariri) sont chargés de la distribution des médicaments à domicile sous la supervision des personnels de santé et des référents des communes.

Pour compléter ce dispositif, les phases de distribution dans les établissements scolaires et universitaires, les structures sanitaires, les pharmacies, les établissements de soins, les lieux de consultation et les lieux publics seront maintenues .

Au marché de Papeete :
      Jeudi 21 mars de 10h à 17h
      Vendredi 22 mars de 7h à 13h
      Dimanche 24 mars de 5h à 10h


Au Rétro :
      Jeudi 21 mars de 10h à 17h


Télécharger la liste des stands de distribution


A Titioro, avec à l'extrême gauche Sylvana Puhetini, conseillère déléguée à la Santé, et à l'extrême droite, Dany Teaha, adjointe au maire et résidente du quartier.







Pour rappel, la mairie de Papeete a réalisé une vidéo basée sur le principe du Harlem Shake afin de rappeler, de manière originale, que la prise de médicaments était essentielle pour enrayer l'éléphantiasis.