Octobre 20 2021

Les tahua (places)

Tahua To'ata



À l’entrée ouest de Papeete s’étend la tahua (place) To’ata. Aménagée sur un remblai gagné sur la mer à la fin des années 1990, elle fut inaugurée le 27 juin 2000. Située entre le boulevard de la Reine-Pomare-IV et le lagon, entre la Maison de la Culture et les Jardins-de-Paofai, c’est un lieu de détente et de rencontre fréquenté par les familles et apprécié des enfants.

On y organise régulièrement des manifestations commerciales (salons et foires) ou culturelles. Cet espace d’environ un hectare et demi est équipé d’une salle de spectacle à ciel ouvert pouvant accueillir plus de quatre mille personnes, et de plusieurs restaurants. C’est place To’ata que se déroulent chaque année les festivités du Heiva i Tahiti qui avaient lieu autrefois place Tarahoi, puis place Vaiete.



Tahua Tu-Marama



La portion du front de mer de Papeete située en face de l’avenue Pouvanaa-a-Oopa fait partie de ce qu’on appelait autrefois « la plage Sigogne », du nom de l’avocat Lucien Sigogne, ancien maire de Papeete de 1917 à 1920. En 2002, après que ces parcelles ont été agrandies par remblai, l’assemblée de la Polynésie française a émis le vœu que cet espace soit dénommé « Place Jacques-Chirac ». Il s’agissait de rendre hommage au président de la République d’alors, pour sa contribution au développement de la Polynésie française.

En 2020, l’espace a été réaménagé avant d’être rebaptisé en Tahua Tu-Marama en 2021, afin de célébrer le souvenir de deux grands ‘aito (héros historiques) et Marama, qui dédièrent cet endroit à la paix entre les clans et aux voyages ayant bâti la civilisation polynésienne. Des gradins en murets de pierres entourent l’ensemble inspiré des anciens paepae, des toits en pandanus évoquent les constructions polynésiennes traditionnelles. Une pirogue double monumentale de vingt-huit mètres, construite à Taputapuatea (Raiatea), y est exposée. On y trouve la capitainerie du port de Papeete, un espace de détente et des sanitaires pour les plaisanciers, ainsi que deux restaurants.



Place Vaiete



Vaiete est un synonyme de Papeete. Tout comme pape, vai signifie eau, rivière, source en reo tahiti (langue tahitienne). C’était à l’origine le nom du ruisseau qui, né au Bassin-de-la-Reine derrière l’assemblée de la Polynésie française, traversait jadis la terre ancestrale des Pomare (quartier de Tarahoi) avant de se jeter dans le lagon.

De nos jours, Vaiete reste une place mythique du front de mer de Papeete, entre le quai d’honneur et le boulevard de la Reine-Pomare-IV. Endroit hautement symbolique, c’est là que les foules se réunissaient naguère pour accueillir les navires jusqu’à ce que l’avion les supplante à partir des années 1960. C’est aussi là que furent organisés pendant de longues années les grands concours de chant et danse des fêtes du Tiurai (juillet), puis du Heiva i Tahiti à partir de 1984. Devenue trop étroite et inadaptée, Vaiete fut délaissée au profit de l’espace To’ata où les concours ont lieu depuis 2000.

La place telle qu’on la connaît aujourd’hui, réaménagée et modernisée, fut inaugurée le 16 février 2001. Entièrement pavée, elle dispose désormais d’un kiosque à musique construit par les Compagnons du Tour de France, théâtre de nombreuses animations populaires et touristiques. Elle est aussi célèbre depuis des décennies pour ses roulottes, restaurants mobiles qui s’y installent chaque soir au coucher du soleil.



Place Tarahoi


Assemblée de la Polynésie française, place Tarahoi.

Autrefois, Tarahoi désignait l’un des deux principaux marae (temple à ciel ouvert de l’ancien culte maohi) du district de Teporionuu, fief de la famille royale Pomare, lequel s’étendait de la colline de Tahara’a à l’est, jusqu’à Paofai. Ce marae était situé dans l’actuelle commune d’Arue, berceau de la monarchie.

De nos jours, Tarahoi est le nom d’un quartier central de Papeete. C’est le cœur politique du pays depuis que le premier gouverneur français, Armand-Joseph Bruat, décida d’y installer son quartier général en 1844. On y trouve l’assemblée de la Polynésie française, le haut-commissariat de la République, la vice-présidence du gouvernement, flanquée de son fare potee, le parc Bougainville, l’hôtel des Postes, la maison de la reine Marau et le centre commercial Fare Tony.

La reine Pomare IV y eut sa résidence officielle, à l’emplacement actuel de l’assemblée de la Polynésie française, à partir de 1847. Quelques années plus tard, elle exprima le désir d’y faire construire un véritable palais royal digne de ce nom. Les travaux commencèrent en 1857, mais ils se heurtèrent à d’importants obstacles et ne furent achevés qu’en 1883. Pomare IV, morte six ans plus tôt, ne résida jamais dans son palais. Il fut d’abord occupé par son fils et héritier, Pomare V, jusqu’à sa propre mort en 1891.

Le palais royal fut alors cédé à l’État et devint brièvement le siège du conseil général (ancêtre de l’assemblée de la Polynésie française) jusqu’en 1903. Il fut ensuite affecté à divers services administratifs pendant plus d’un demi-siècle, tombant lentement en décrépitude avant d’être rasé en 1966 pour laisser place à l’assemblée. L’architecture de l’hôtel de ville de Papeete est inspirée de cet ancien palais.

La vaste place sur laquelle tant de rassemblements historiques, politiques, syndicaux ou festifs eurent lieu, porte le nom de Tarahoi depuis 1937, après s’être appelée place du Gouvernement, puis place du Maréchal-Joffre en 1923 et place Pomare-V en 1934. Elle est ornée d’un buste de Pouvanaa a Oopa et d’un mémorial en l’honneur du général de Gaulle qui prononça un discours historique à cet endroit en 1956.

La place fut transformée en parking à la fin des années 1990, puis réaménagée et bitumée en 2003, mais on a heureusement préservé les grands arbres, dont le ora Tahiti (banian) tricentenaire qui se dresse plus vert que jamais en face de l’assemblée.