Novembre 11 2019

Trente collégiens de Taunoa formés au role de délégué de classe

Trente élèves du collège de Taunoa (15 de classe de 6e et 15 de classe de 3e) ont suivi, en octobre et novembre 2013, une formation spécifique sur le rôle de délégué de classe à Moorea. Formation qui les a préparés au premier conseil de classe qui a eu lieu la semaine suivante.

Financé dans le cadre du Projet Educatif Local et animé par l’association des CEMEA, ce stage a été mis en place suite à un constat : les jeunes élèves ne sont pas préparés à exercer leur rôle, ils n’ont pas les outils de base pour agir et s’exprimer en qualité de représentant dans un milieu d’adultes.
En effet, le délégué est souvent confronté à des difficultés telles que le manque de confiance en soi, la peine à s’exprimer simplement et clairement, à assurer la cohésion du groupe classe et la mauvaise connaissance du rôle des délégués.

Les objectifs de ce stage ont donc été :
- De faire participer les élèves à la vie en collectivité dans un lieu éloigné du collège et de la famille,
- De définir la fonction de délégué par le biais de jeux de rôles sur leurs droits et devoirs.

Parole à Michel, formateur CEMEA et enseignant
au collège de Taravao

Depuis combien de temps es-tu intervenant aux CEMEA ?
Je suis responsable de cette formation depuis 4 ans.

Pourquoi aimes-tu animer cette formation ?
C’est la suite logique de mon métier de professeur, j’ai encore foi dans le système scolaire et je pense que des délégués formés c’est un plus dans un établissement scolaire. L’évolution la plus flagrante c’est de les avoir calmes et attentifs. Au début, nous pouvons les avoir attentifs 3 minutes, puis 20 minutes en fin de stage.

Quel est pour toi l’aspect le plus difficile à faire comprendre à ces élèves élus par leurs pairs ?
Quels que soient les stages, que ce soit pour les 6es ou les 3es, c’est la partie « comportementale » du délégué. Nous tentons de faire comprendre que le délégué est un peu comme une référence au niveau du comportement. Le délégué doit se distinguer avant tout par ses prises de responsabilités mais pas forcément par ses résultats scolaires.
Autre point qui n’est pas évident au départ pour les élèves, c’est la différence entre le signalement et la délation. Nous leur expliquons que quand ils signalent un problème, cela va pouvoir aider un camarade.
Enfin, pour les 6es, c’est plus la difficulté de la communication avec les adultes. Les jeux de rôles permettent de leur donner une méthode pour les rendre moins timides.



Parole à Tunui, CPE du collège


Quelles sont les conséquences directes de ce stage sur la vie de l’établissement ?
Ces stages sont pertinents et permettent un réinvestissement sous forme de projets pour le collège. Il s’agit de projets citoyens qui permettent de favoriser un «mieux-vivre ensemble» dans l’établissement.
On a pu s’apercevoir au quotidien, (c’est la 5e année de formation de délégués), qu’ils sont de moins en moins « frileux » à venir voir le CPE afin de « désamorcer » des situations repérées comme potentiellement conflictuelles. Par exemple, la situation la plus fréquente : une altercation verbale qui peut vite dégénérer en altercation physique. Le CPE n’agit plus seul, il y eu une prise de conscience collective pour aller vers une démarche citoyenne.


Parole à Teva, agent de prévention au collège de Taunoa
et animateur CEMEA



Les délégués font de très bons relais pour faire passer des messages citoyens à toute la communauté. Ils s’impliquent d’une manière volontaire au quotidien. Ce qui permet d’avoir un climat scolaire pacifié et serein.
Les projets citoyens que nous pensons leur proposer cette année :
Pour les 3es :
- Les élèves « Médiateurs »
- Préparation de l’Upa Nui du collège de Taunoa

Pour les 6es :
- Aider à organiser la visite des CM2 au collège
- Une demi-journée sur un thème choisi par l’établissement

Les élèves se sont bien mis à l’aise, ils ont apprécié les animations autour du rôle de délégué mais aussi les activités exterieures comme le snorkeling, le kayak et les grands jeux. Pour certains, notamment pour les 6es, c’était le premier voyage qu’ils effectuaient hors de leur famille.
Etant tous délégués de classes différentes, ils ont cependant vite fait connaissance et se sont sentis assez confiants pour improviser des « battle » de danse pendant les temps calmes.

Les élèves disent avoir retenu principalement 3 points :
- «Ca m’a servi à ne plus avoir honte de parler à des grandes personnes »
-«On va pouvoir mettre en application au collège les droits et devoirs de délégués que l’on a appris ici »
-«On va tout faire pour montrer le bon exemple aux autres élèves ».