Août 24 2019

Domaine Vaitia sur les hauteurs de Tipaerui : le réseau d'eau potable prochainement intégré au patrimoine du service public

Un patrimoine élargi, un service public étendu

Le jeudi 25 juin 2015, le Conseil municipal de Papeete a autorisé le Maire de Papeete à signer un protocole d’accord avec Madame Levy, propriétaire des réseaux privés du Pic Rouge de Papeete ainsi que l’avenant n°11 au contrat de concession du service de distribution publique d’eau potable de la Commune de Papeete avec la Polynésienne des Eaux.

L’objectif poursuivi par la commune de Papeete est d'intégrer le réseau d’eau potable et les ouvrages annexes du domaine privé VAITIA du Pic Rouge au patrimoine du service public de l’eau de la ville de Papeete géré en partenariat avec la Polynésienne des Eaux.







Conférence de presse du jeudi 20 août 2015, en présence de Michel Buillard, Maire de Papeete, et de son conseil municipal, de la famille Levy ainsi que de Stéphane Martin Dit Neuville, Directeur Général de la Polynésienne des Eaux.



Origine du réseau « VAITIA »

Le réseau «Vaitia » a été construit au cours de la décennie 1980 par Germain Levy, ce réseau avait pour vocation d’alimenter des projets immobiliers dit du Domaine « Levy ». Au fur et à mesure du temps, ce réseau privé a servi à distribuer en eau potable plusieurs résidences, lotissements et habitations particulières situés sur le parcours de la canalisation.

Ce réseau est constitué de plusieurs réservoirs, bâches de reprise, stations de relevage et de canalisations de refoulement et de distribution aux différents adhérents de ce service privé de distribution d’eau potable. Il part de la vallée de Tipaerui à la côte 70m et atteint la côte 665m.




Pourquoi le transfert du patrimoine privé VAITIA ?

L’intégration du réseau d’eau privé VAITIA dans le patrimoine de la ville de Papeete permet de désenclaver les hauteurs de Tipaerui et répond à une convergence d’intérêts.
D’une part, les usagers raccordés au réseau existant ont la garantie de bénéficier des mêmes tarifs de l’eau que tous les usagers de la plaine. D’autre part, ils disposent de la même qualité de service en quantité, qualité et pression, et ce, 24h/24 et 365 jours par an. De plus, cette extension du réseau public est en phase avec la politique de la ville d’accompagner le développement urbain, en particulier sur les hauteurs de la ville.
Cette opération permettra également d’intégrer rapidement le réseau du quartier Urumaru dans le périmètre du service public. Enfin, cette rétrocession dans le domaine public répond à la volonté de l’ancien opérateur privé de se désengager de la gestion de ce réseau qui nécessite une expertise et des moyens dont il ne dispose pas. Compte tenu de ces éléments, la Commune de Papeete a estimé que les conditions étaient réunies pour que son délégataire, la Polynésienne des eaux, assure la gestion des ouvrages et réseaux désormais intégrés au patrimoine de la ville.


Des économies pour les nouveaux abonnés

Pour les nouveaux abonnés du service, l’intégration du réseau d’eau potable privé VAITIA dans le service public de l’eau potable de la commune va générer une baisse de leurs factures d’eau pouvant aller jusqu’à 45 %. En effet, la mutualisation des moyens et des équipements permet une optimisation des coûts de fonctionnement.
Auparavant, un usager desservi par le réseau VAITIA était facturé en moyenne environ 350 Fcfp/m3 (dont 170 Fcfp pour les frais de pompage et de gestion et 176 Fcfp/m3 pour l'eau utilisée). Grâce à la signature de l’avenant n°11, les usagers habitant sous la côte altimétrique 390 m paieront 160 Fcfp par mètre cube livré au compteur (dont 98 Fcfp pour les frais de pompage et 62 Fcfp/m3 pour l’eau dans la tranche la plus basse). Cela représente une économie significative pouvant aller jusqu’à 70 000 Fcfp/an pour un usager consommant 1 m3 d’eau ou moins par jour.





Déroulement du transfert du service privé de l’eau géré par la SARL Vaitia

Le transfert du service de l’eau géré par la SARL VAITIA à la Polynésienne des Eaux se fera contractuellement en deux étapes pour des raisons techniques :

La première étape consiste en un transfert en août 2015 du patrimoine suivant :
- Un réseau de 6km.
- Deux stations de pompage (permettant de refouler l’eau vers les résidences raccordées au réseau).
- Un réservoir R3 d’une capacité de 300 m3 et le réseau de distribution raccordé à ce même réservoir et de refoulement entre la plaine et le réservoir
Cette 1ère étape permettra de raccorder plus de 100 foyers.

La deuxième étape : des travaux de dévoiement de réseaux seront nécessaires pour permettre un second transfert en 2016 du patrimoine suivant et le raccordement d’une trentaine d’habitations supplémentaires :

- Un réseau de 2km supplémentaire et une station de pompage,
- Une bâche de reprise qui sera raccordée au réseau d’eau qui dessert actuellement une trentaine d’habitations ainsi que le lotissement Mamaia (les réseaux privés du lotissement Mamaia ne font pas partie du périmètre à intégrer au réseau public).

D’ici fin 2015, le quartier URUMARU sera raccordé au réseau VAITIA et donc bénéficiera des avantages et de la tarification du service public de l’eau de la commune de Papeete.




Plus de 300 foyers impactés

A partir d’août 2015, le service public de l’eau potable de Papeete est étendu aux usagers actuellement desservis par les réseaux et ouvrages du domaine VAITIA, à savoir les usagers des « Collines du Pic Rouge », la résidence Ra’i et l'immeuble « Te Aro » ainsi que plusieurs particuliers hors résidences. En 2016, 30 foyers supplémentaires des hauteurs de Tipaerui rejoindront le service public et les 119 lots de Mamaia en bénéficieront partiellement dans le cadre de l’individualisation et de l’optimisation des coûts de refoulement.
Tous ces usagers ont souscrit ou sont en cours de souscription d’un contrat d’abonnement avec le Service de l’eau et sont satisfaits de cette reprise de gestion par le service public.


Des investissements en perspective

La Commune par l’intermédiaire de son délégataire va investir près de 20 MF dans l’année à venir, afin d’améliorer encore le service et garantir sa continuité. Les objectifs fixés sont d’une part d’optimiser au maximum le fonctionnement des pompes pour réduire les consommations électriques, et d’autre part de veiller à l’entretien régulier des canalisations pour limiter les fuites. Ces démarches visent bien évidemment à maîtriser le coût de transport pour les abonnés, donc à leur garantir un juste prix.