Août 21 2019

Nouvelle jeunesse pour le front de mer


“D’aussi loin que je me souvienne, j’ai milité de toutes mes forces pour que le front de mer de Papeete soit aménagé comme il l’est désormais.” Ainsi s’exprimait le maire, Michel Buillard, dans son discours lors de l’inauguration officielle de la marina de Papeete le 23 avril 2015.

L’aménagement du front de mer pour assurer l’embellissement et la modernisation de la ville, pour répondre aux besoins de ses habitants en espaces de vie et à la vocation touristique de notre capitale, a toujours été une des priorités de Tavana depuis sa première élection en 1995.

A force de persévérance et de persuasion, sa vision d’un Papeete ouvert sur l’océan, au front de mer transformé en une petite Croisette où il fait bon se promener et flâner seul, en famille ou entre copains, a fini par triompher. Cela a pris du temps.

En 2000, on inaugurait la place To’ata, en 2001 la place Vaiete, en 2003 le parc Bougainville, en 2004 la place et le parking Jacques-Chirac. Il a fallu ensuite patienter jusqu’en 2010 pour voir la création des Jardins de Paofai et l’ouverture de la gare maritime en 2012, avant celle de la marina en 2015. Toutes ces opérations de grande envergure ont pu être menées à bien grâce à un étroit partenariat entre la commune, le Port autonome, le Pays et l’Etat.

Une nouvelle étape de ce long processus vient d’être franchie avec l’achèvement de nouveaux aménagements entre la rue Jeanne-d’Arc et le carrefour du Pacifique. Le président du Pays, Edouard Fritch, entouré de Michel Buillard, maire de Papeete, du ministre de l’Equipement, René Temeharo, et de la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a procédé à leur inauguration officielle le 26 juillet 2018.


Pour la bonne cause


Le chantier a duré un peu plus d’un an et il faut rendre hommage aux commerçants riverains qui en ont supporté les nuisances inévitables avec patience et sérénité.

L’ancienne contre-allée a été remplacée par une coulée verte de six cent mètres carrés plantée de plusieurs variétés de palmiers (dont certains originaires des Marquises et de Makatea) et d’essences locales comme le tou et le miro, ainsi que des espèces ornementales avec pas moins de cent trente massifs de auti.

De larges trottoirs isolent désormais les commerces et les piétons du trafic intense du boulevard de la Reine-Pomare-IV, nom officiel de cette voie, l’une des plus fréquentées de la ville. Coût de cette opération : 272 millions de francs CFP.

Des aménagements similaires sont prévus sur le tronçon compris entre la rue Jeanne-d’Arc et le giratoire Jacques-Chirac en bas de l’avenue Pouvanaa-a-Oopa. Les travaux sont programmés pour le second semestre 2018.

Un terminal de croisières à l’emplacement de l’ancien Fare Manihini, une passerelle piétonne au-dessus du boulevard et l’équipement touristique de l’esplanade Jacques-Chirac viendront prochainement compléter cet ensemble.